Culture

Nipekiwan – Je reviens

L’histoire d’un Atikamekw et de son passage dans un pensionnat indien du Québec, par Sabrina Awashish Soucy

Marcel Pitikwi, un Atikamekw de la communauté de Wemotaci, lancera prochainement son tout premier roman qui se veut son histoire, à l’époque des pensionnats indiens au Québec et de son cheminement vers la guérison et la réconciliation.

Enfant, on lui répétait sans cesse « Tu ne feras jamais rien de bon dans la vie, tu seras toujours un nonchalant, un fainéant » ! Cette époque fut le début d’une longue descente aux enfers, entrainant avec lui sa famille et ses proches. Aujourd’hui, victimisation et consommation sont loin derrière lui et il avance pas à pas sur la voie de la guérison, en se raccrochant à sa culture.

Je_reviens.png

Au Québec et au Canada, des milliers d’enfants, des survivants, comme Marcel, ont été arrachés à leur famille dans le seul but d’être assimilé, de «tuer l’indien» en eux. Depuis, une Commission de vérité et de réconciliation a été mise sur pied pour aider les survivants à tourner la page sur les événements du passé. Des excuses publiques ont aussi été prononcées en 2008, par l’ancien Premier ministre du Canada, Stephen Harper.

Encore aujourd’hui, des milliers de familles, des membres des Premières Nations du Québec et du Canada sont affectés par l’effet qu’ont eu les pensionnats dans leurs vies. À l’heure actuelle, beaucoup de personnes ignorent encore ou démentent ce qui s’est réellement passé lors de ce sombre moment de notre histoire.

Malgré tout, comme Marcel, il faut arriver à faire la paix, à continuer d’avancer et d’aller chercher au besoin les différentes ressources mises en place pour aider les membres des différentes nations. Pour certains, l’art, la culture, un ressourcement en forêt ou le sport sont une forme d’exutoire pour faire ‘’sortir le méchant’’. Personnellement, je crois qu’il est important d’en avoir un, exutoire. Pour d’autres, comme Marcel, ça aura été l’écriture!

Et pour les curieux, le lancement officiel de Nipekiwan – Je reviens sera réalisé dans la communauté d’origine de l’auteur, à Wemotaci. Les premières copies du livre en format papier seront publiées sous peu, aux alentours de la mi-mars.

Vous pouvez aussi vous procurer la version numérique dès maintenant via le lien suivant : entrepotnumerique.com.

Plus d'histoires

Trevor Jang parle du mouvement qui aide les Premières nations à renouer avec leur culture à Vancouver
La Culture Sauve des Vies
Trevor Jang parle du mouvement qui aide les Premières nations à renouer avec leur culture à Vancouver
Personne ne mérite d’être une victime, écrit Lani Elliott
Ne ferme pas les yeux
Personne ne mérite d’être une victime, écrit Lani Elliott
Quand le théâtre devient un lieu de rapprochement entre Autochtones et Allochtones

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)