News

#TBT: Bill Reid et l’esprit de Haida Gwaii

« Enfin, nous y sommes, bien loin de Haida Gwaii, encore incertains de notre destination, ou même de notre position exacte. Il y a encore des disputes pour savoir qui prend quelle place dans le bateau, mais malgré tout, on avance, dans le même sens. Petit à petit, nos rames trouvent leur rythme, et l’homme au milieu semble savoir ce qui nous attend. » [Traduction]

spirit_of_HG.png

En 1996, la sculpture The Spirit of Haida Gwaii de Bill Reid a fait le tour du pays sur des timbres de poste. À partir de 2004, les Canadiens l’ont emportée partout avec eux, dans leur poche, sur les billets de vingt dollars, pendant dix ans.

À l’origine, The Spirit of Haida Gwaii avait été sculptée dans la terre glaise. En 1991, elle a été coulée dans le bronze et exposée à l’ambassade canadienne à Washington. Un deuxième moulage est exposé à l’aéroport international de Vancouver, dans le terminal d’arrivée des vols internationaux, celui qui accueille ceux et celles qui viennent visiter le Canada.

Les œuvres de Bill Reid sont exposées à plusieurs endroits en Colombie-Britannique (à l’aéroport, à l’université UBC, à l’aquarium) et dans la capitale nationale, mais son renom dépasse ses réussites artistiques. Il a tiré parti de son succès pour appuyer les revendications territoriales des Haida et pour s’opposer à l’exploitation forestière abusive de Gwaii Hanaas, à l’extrême Sud de Haida Gwaii. D’origine Haida et européenne, il est particulièrement bien placé pour encourager la coopération entre Premières nations et Canadiens de descendance européenne.

Le travail de Bill Reid est remarquable également parce qu’il a su sortir des sentiers traditionnels pour attirer l’attention sur l’art autochtone, et parce qu’il a inspiré le peuple Haida dans sa lutte pour se réapproprier ses traditions et ses terres, tant diminuées par la colonisation.

« L’agitation ne manque pas, sur notre petite embarcation, mais a-t-elle un sens? Est-ce que la longue silhouette - peut-être celle de l’Esprit de Haida Gwaii, peut-être pas - nous dirige, tous autant que nous sommes, dans un même bateau, vers une plage abritée des vents aux confins du monde, ou bien est-elle perdue dans ses propres rêveries? Le bateau avance, sans pour autant lever l’ancre de ses origines. » [Traduction].

More Stories

Trevor Jang parle du mouvement qui aide les Premières nations à renouer avec leur culture à Vancouver
La Culture Sauve des Vies
Trevor Jang parle du mouvement qui aide les Premières nations à renouer avec leur culture à Vancouver
L’histoire d’un Atikamekw et de son passage dans un pensionnat indien du Québec, par Sabrina Awashish Soucy
Nipekiwan – Je reviens
L’histoire d’un Atikamekw et de son passage dans un pensionnat indien du Québec, par Sabrina Awashish Soucy
Par Trevor Jang
Des tambours qui guérissent et rapprochent les générations
Par Trevor Jang

Join the discussion

Captcha?color=006091&locale=en

Please enter the characters you see in the image above.

Comments (0)