Culture

Centre d’amitié de La Loche

Un nouvel édifice redonne vie au centre d’amitié saskatchewanais

Leonard Montgrand est directeur général du Centre d’amitié de La Loche depuis dix ans et, selon lui, le Centre vient de vivre un tournant important. Quand il a pris son poste, le Centre était dans des locaux différents, et assez mal en point. Tout était compliqué, ils avaient des bureaux ici et là en ville, ce qui prêtait à confusion. Comment un Centre d’amitié pouvait-il fonctionner de cette façon?

Il a donc propose que le Centre mène une campagne de financement pour acquérir de nouveaux locaux. Pendant près de six ans, le Centre a mené des collectes de fonds, notamment grâce à des soirées bingo, et des commandites privées, jusqu’à ce qu’il ait les fonds suffisants pour emménager.

Le processus fut long et complexe, et le conseil d’administration du Centre a joué un rôle déterminant dans la réussite du projet qui a mené à l’inauguration d’un nouvel édifice. Maintenant, le Centre y offre des services et programmes importants pour la communauté.

Le centre de La Loche a traversé des années difficiles. L’an dernier, la tragédie d’une a fait les grands titres partout au pays. Montgrand dit que les programmes et services du Centre d’amitié sont d’autant plus cruciaux que La Loche est parfois une communauté oubliée, et qu’il faut une tragédie pour que les gens réalisent ce qui s’y passe.

Le Centre est souvent un endroit bouillonnant, voire chaotique, avec tous les programmes qui y sont organisés et tous les besoins de la communauté : il y a un programme de justice communautaire, un programme de renforcement des familles, des services de santé mentale, des formations professionnelles et d’éducation. Il y a aussi une initiative qui offre un repas chaud trois fois par semaine à toute personne sans abri. Et bien entendu, il y a plusieurs programmes destinés aux jeunes : un groupe d’intervention, un atelier informatique et un voyage annuel en canot « Back to Batoche ».

Ce que Montgrand envisageait lorsqu’il a pris ses fonctions de directeur s’est concrétisé : il y a eu des changements positifs dans la communauté, le centre a aidé des familles à vivre mieux. Mais il reste beaucoup de travail. On peut toujours faire plus et mieux pour rendre la communauté meilleure et plus saine.

Tu trouveras plus d’informations au sujet des programmes et services offerts par le Centre d’amitié de La Loche à www.lalochefc.com .

 

Plus d'histoires

Par Trevor Jang
Des tambours qui guérissent et rapprochent les générations
Par Trevor Jang
Apprends à parler ta langue ancestrale avec Montréal Autochtones
Le Centre d’amitié de St. John’s s’apprête à rentrer dans le livre des records Guinness tout en soutenant la Fierté

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)