Culture

Des artistes explorent la question de la réconciliation

L’art et l’expression créative peuvent être d’importants moyens de guérison et de réconciliation.

L’art nous aide aussi à explorer notre histoire, dans ses meilleurs et ses pires aspects.

Sonny Assu, de la nation We Wai Kai en Colombie-Britannique, le sait bien, et son exposition appelée « Day School » (École de jour) à la Galerie Equinox de Vancouver provoque une réflexion sur les pensionnats indiens et sur le colonialisme.

L’exposition coïncidait avec la publication du premier rapport de la Commission de vérité et de réconciliation et a pris fin la semaine dernière.

L’un des pupitres exposés avait été utilisé par sa grand-mère dans les années 30. Sur le pupitre, on voyait une petite boîte à savon, qui évoque son premier jour d’école, lorsqu’une camarade de classe l’avait qualifiée de « sale Indienne ». Le deuxième pupitre date des années 90, et on peut y voir une inscription raciste (« chug »), sur le dessous.

On peut penser que, comme les pensionnats font partie du passé, ils ne font pas partie du Canada actuel. M. Assu pense le contraire.

« On suppose souvent que ces questions de colonisation et de décolonisation sont de l’histoire ancienne, dit-il, mais ça continue, en ce moment même. »

Que penses-tu de l’art comme moyen de guérison? Penses-tu qu’aborder des questions difficiles à travers l’art est une démarche positive?

Dernières nouvelles

Profils de Champions ou Championnes jeunesse des centres d’amitié: Renee Wilson
Profils de Champions ou Championnes jeunesse des centres d’amitié: RaeAnne Harper
Profils de Champions ou Championnes jeunesse des centres d’amitié: Levi Wolfe

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)