Santé et bien-être

Fallon et David, la troisième partie

La fin de l'histoire

Après avoir éteint le moteur, David resta assis tranquillement à fumer sa dernière cigarette dans le noir. Il n’aimait pas fumer, c’était une habitude qu’il avait prise en prison et qui aidait à passer le temps. Tout était calme, et quand il fut certain que la voie était libre, il se mit à marcher rapidement le long de l’allée couverte de neige où il avait stationné l’auto. Arrivé à la dernière maison, il longea silencieusement la clôture jusqu’à ce qu’il trouve une fenêtre de salle de bain entrouverte.

En arrivant en ville, il avait repéré la maison, car on ne voyait aucune trace de pas dans la neige de l’allée ni sur les marches devant la porte d’entrée. On ne voyait pas non plus de traces de roues, et les buissons épais offraient une bonne couverture. La tentative manquée de braquage du téléphone public l’avait secoué, mais il avait gardé son calme devant Fallon. Elle était tellement naïve, et elle lui faisant aveuglément confiance; il avait cet instinct protecteur vis-à-vis d’elle. Juste le temps de prendre quelques affaires pour continuer la route, et il irait la rejoindre.

David était sorti de prison plusieurs mois auparavant; il avait perdu beaucoup de poids.

« La taille idéale pour passer par une fenêtre minuscule, » se dit-il alors qu’il tentait de trouver la meilleure façon de procéder, caché derrière un épais buisson. Après avoir regardé à l’intérieur de la maison par différentes fenêtres, il commença à grimper à l’arbre, à l’affût du moindre bruit. Il s’élança.

Suspendu par le bout des doigts, il tenta de se hisser dans l’embrasure sans faire de bruit. Soudain, il se sentit faible, et il se rappela qu’ils n’avaient presque rien mangé au cours de deux dernières semaines. Mais à l’idée de retrouver Fallon les mains vides, il trouva de nouvelles forces et réussit à entrer. Après quelques instants, certain que personne n’avait remarqué sa présence, il commença à fouiller la maison sombre et froide.

Il se dirigea tout de suite vers la chambre des maîtres. Il se mit à la recherche d’argent et de bijoux en or sur les commodes, dans les cachettes et les tiroirs. Il trouva 300 $ dans une de ces cachettes et se sentit soulagé. Il prit un sac de voyage vide et y mit un manteau pour Fallon, et des bas pour elle et pour lui, puis il se dirigea vers la cuisine.

Une fois au rez-de-chaussée, David trouva une porte qui menait au garage et y vit une auto grise. Il trouva la clé et décida que changer de voiture serait une bonne idée. Il se mit à chercher quelques collations pour la route.

Son estomac gargouillait bruyamment depuis qu’il était entré. Il avait l’habitude d’ignorer sa faim, mais il trouvait curieux d’être soudainement affamé. Il comprit qu’il avait dû sentir quelque chose : il vit une gamelle sur le sol, et une petite porte pour animaux en bas de la porte du garde-manger. Il y avait de l’eau et des croquettes dans la gamelle, mais il n’avait pas vu de chat ni de chien.

David se figea à l’idée qu’il n’était peut-être pas seul. Mais il était trop tard.

Il entendit des pas suivre les siens dans sa fuite. Il décida de partir par le garage plutôt que de repasser par la petite fenêtre. Dans sa panique, il manqua le bouton d’ouverture automatique de la porte et décida de sauter dans la voiture, ses mains cherchant furieusement la clé dans ses poches. Il vit quelqu’un marcher pieds nus sur le ciment froid et croisa le regard d’un homme aux cheveux blancs. Il trouva la clé et démarra la voiture.

David vit le vieil homme froncer les sourcils, et il mit un moment à discerner le fusil. La peur lui serra la gorge, il enclencha la marche arrière et mis le pied au plancher. L’adrénaline remplissait ses veines. Ses oreilles sifflaient, et il n’entendit pas l’avertissement du vieil homme. Il n’entendit pas non plus le coup de feu, ni le son du pare-brise volant en éclats.

Le sifflement dans ses oreilles sembla s’atténuer, et David ne voyait que le ciel à travers la vitre. La voiture s’était arrêtée au milieu de l’allée enneigée, les roues s’étaient immobilisées faute de conducteur appuyant sur l’accélérateur. Il sentit la pénombre l’envahir, s’efforçant de voir le scintillement des étoiles. Au moins il mourrait en guerrier.

Dernières nouvelles

L’amour oui, mais l’#AmourSain
Les Fêtes sont terminées et les choses se sont calmées, mais cela ne signifie pas que tu devrais négliger ton bien-être personnel
Trucs pour maintenir son équilibre en tout temps
Les Fêtes sont terminées et les choses se sont calmées, mais cela ne signifie pas que tu devrais négliger ton bien-être personnel
Jade Harper, fondatrice de SpiritFusion à Winnipeg, a parlé de sa découverte du yoga avec Nouveaux débuts
Chaleur et guérison
Jade Harper, fondatrice de SpiritFusion à Winnipeg, a parlé de sa découverte du yoga avec Nouveaux débuts

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)