Culture

Explorer la réconciliation avec Ryan McMahon

Par Trevor Jang

Qu’est-ce que la réconciliation, comment y parvenir, et que pouvons-nous faire en tant qu’individus?

Voilà les questions auxquelles Ryan McMahon, un comédien Anishinaabé, tente de trouver des réponses en sillonnant le pays.

Il a dédié la cinquième saison de son balado très populaire Red Man Laughing à examiner la réconciliation entre les peuples autochtones et le reste du Canada.

McMahon.jpg

« Je pense que nous en sommes tous à faire nos premiers pas, et j’aime comparer ça à un concert, avec une longue file d’attente à la porte. La salle est encore vide, mais il y a une énergie parmi les gens qui attendent. C’est ce qui est en train de se passer, je pense, avec la réconciliation. »

« Tout le monde est dans la file d’attente, personne ne sait trop à quoi s’attendre, mais il faudra d’abord que quelqu’un ouvre la porte, et que quelqu’un décide d’entrer. »

J’ai rencontré Ryan pendant un atelier qu’il animait au sujet de la réconciliation, à Vancouver. Une centaine de personnes de tous âges, autochtones et non autochtones, y participaient à une conversation multigénérationnelle.

« Il est très important que nous prenions notre temps, que nous écoutions ce que les peuples autochtones et nos survivants ont à dire, de quoi ils ont besoin, et que nous laissions les jeunes prendre les rênes, » a-t-il souligné.

« Ce sont nos jeunes qui devront s’en charger. Toute leur vie, ils vont travailler à la réconciliation. C’était différent pour moi, quand j’étais jeune, dit-il. On ne parlait pas de réconciliation. Alors, il faut vraiment que nos jeunes trouvent le ton juste, et c’est ce que nous commençons à les aider à faire. C’est excitant! »

Ryan a aussi chanté des chansons et raconté des histoires traditionnelles, ce qui, selon lui, est vital pour renforcer les cultures autochtones, le sentiment de fierté et d’identité parmi son public, surtout les jeunes.

« J’ai raconté l’histoire du peuple ojibwé et du bleuet, et de la promesse que nous avons faite au Créateur de prendre soin de nos remèdes naturels. J’ai choisi cette histoire parce qu’elle parle de gouvernance autochtone, de nos lois et de nos instructions premières en tant qu’Ojibwés. »

Il dit que la revitalisation de la sagesse, de la culture et du droit autochtones, et donc de l’autonomie des peuples autochtones, aiderait la société à relever de nombreux défis, comme les changements climatiques et l’inégalité sociale.

« Nous avons tous nos instructions premières, et quelles qu’elles soient, nous ne devons pas les oublier. Nous devons les étudier et voir comment elles s’appliquent au monde d’aujourd’hui. »

Plus d'histoires

Des artistes explorent la question de la réconciliation
Au cours des prochains mois, Nouveaux débuts affichera sur son site des spectacles exclusifs Joseph Boyden, Leanne Simpson, ATCR et d’autres
The Basement Revue : art et réconciliation
Au cours des prochains mois, Nouveaux débuts affichera sur son site des spectacles exclusifs Joseph Boyden, Leanne Simpson, ATCR et d’autres
Théâtre autochtone au CNA

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)