Culture

The Basement Revue : en coulisses

Jason Collett raconte comment ces soirées concert ont commencé

Une fois par an, Jason Collett et Damian Rogers s’assoient pour parler du prochain spectacle de The Basement Revue. Vétérans de la scène littéraire et musicale depuis 10 ans, ils se sont retrouvés au Drake Café en 2014, dans le quartier Queen’s West de Toronto, pour parler de leurs derniers projets artistiques, et pour parler de l’année qu’ils venaient de vivre.

En toile de fond de cette rencontre, le scandale de Jian Ghomeshi, qui a beaucoup fait parler de violence contre les femmes. La conversation a évolué naturellement vers le sujet des femmes autochtones disparues ou assassinées, et l’art semblait un moyen de choix pour en parler. The Basement Revue n’avait jamais adopté de thème pour ses spectacles jusque-là, mais pour Collett et Rogers, ça semblait s’imposer.

« Nous avons créé une plateforme artistique robuste, un espace unique où le monde artistique et musical explore et partage la scène, » dit Collett, membre du groupe Broken Social Scene, qui mène aussi des projets en solo.

collett.png

Ils ont recruté Joseph Boyden et A Tribe Called Red, qui les ont aidés à établir le contact avec des communautés et des artistes autochtones, puis d’autres collaborateurs - Leanne Simpson, Lee Maracle, Gord Downie, Cris Derkson, Michael Ondaatje et beaucoup d’autres, ont embarqué.

« Le spectacle a commencé à prendre vie, les gens commençaient à mettre leurs propres projets de côté pour y participer. Contacter Naomi Klein, c’était plutôt de l’instinct, » a-t-il ajouté.

Collett et Rogers ne révèlent jamais les artistes qui monteront sur scène lors de leurs spectacles, et préfèrent réserver la surprise au public. Sauf que, suite à un incendie, ils ont dû trouver une nouvelle salle pour remplacer le lieu initialement prévu pour le spectacle du 18 décembre, et que l’opéra de Toronto peut accueillir deux fois plus de personnes. Pour s’assurer de remplir la salle, ils ont fait un peu de promotion en annonçant quelques noms ainsi que le thème de la soirée.

L’auditoire ce soir-là était divers – des habitués, des membres de communautés autochtones, des férus de la scène artistique de Toronto, et beaucoup de gens qui ne connaissaient pas grand-chose à The Basement Revue ni au thème de la soirée.

Le concert a réuni tous ces gens, qui ont partagé ces moments et vécu une expérience artistique unique.

« Mais c’est justement ce qu’il y a de magique dans l’art, non? A dit Collett. Parce que les gens s’ouvrent. »

Il a ajouté que les étoiles s’étaient alignées pour le spectacle, qui a fait salle comble.

Plus d'histoires

Des artistes explorent la question de la réconciliation
La compositrice-interprète Amanda Rheaume parle de sa dernière chanson
Red Dress : Une chanson pour les femmes autochtones disparues ou assassinées
La compositrice-interprète Amanda Rheaume parle de sa dernière chanson
Au cours des prochains mois, Nouveaux débuts affichera sur son site des spectacles exclusifs Joseph Boyden, Leanne Simpson, ATCR et d’autres
The Basement Revue : art et réconciliation
Au cours des prochains mois, Nouveaux débuts affichera sur son site des spectacles exclusifs Joseph Boyden, Leanne Simpson, ATCR et d’autres

Mots clés

weremember indigenousveteransday http-spiritpanels-humanrights-ca

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)